SCP Alain BOIVIN, Nathalie BOIVIN-DUTRY, Emmanuelle PAQUET-GAILLEMARD Notaires - CHAMBLY

L'office vous informe

APPORT-CESSION ABUS DE DROIT ET INVESTISSEMENT ECONOMIQUE APPORT-CESSION ABUS DE DROIT ET INVESTISSEMENT ECONOMIQUE L'Apport-cession est souvent le préalable d'une transmission d'entreprise. Il consiste pour un associé, personne physique, à apporter des droits sociaux à une société bénéficiaire, assujettie de plein droit ou sur option, à l'impôt sur les sociétés (IS) avant que cette société bénéficiaire de l'apport ne recède les droits sociaux reçus en apport. Intérêts de l'opération: -la plus value constatée par l'apporteur se trouve en sursis d'imposition et échappe à l'impôt de plus value et aux contributions sociales jusqu'à la cession (ou le rachat, le remboursement, l'annulation) des titres reçus par l'apporteur en échange de son apport -la cession des titres apportés intervenant souvent à bref délai, ne dégage aucune plsus value imposable (prix de cession = valeur d'apport) dans le patrimoine de la société bénéficiaire de l'apport. La société bénéficie ainsi d'une réserve de trésorerie importante. Le CONSEIL D'ETAT a mis sous surveillance ces opérations et les soumet à l'application de la procédure de répression des abus de droit ( 64 LPF) s'il s'agit d'un simple montage permettant au contribuable de disposer effectivement des liquidités obtenues tout en restant détenteur des titres de la société reçus en échange lors de l'apport. Il n'y a pas abus de droit s'il ressort de l'ensemble de l'opération que cette société a effectivement réinvesti le produit de ces cessions dans une activité économique. Lire la suite

APPORT-CESSION

ABUS DE DROIT ET INVESTISSEMENT ECONOMIQUE

 

                L'Apport-cession est souvent le préalable d'une transmission d'entreprise.

 

                Il consiste pour un associé, personne physique, à apporter des droits sociaux à une société bénéficiaire, assujettie de plein droit ou sur option, à l'impôt sur les sociétés (IS) avant que cette société bénéficiaire de l'apport ne recède les droits sociaux reçus en apport.

                Intérêts de l'opération:

                -la plus value constatée par l'apporteur se trouve en sursis d'imposition et échappe à l'impôt de plus value  et aux contributions sociales jusqu'à la cession (ou le rachat, le remboursement, l'annulation) des titres reçus par l'apporteur en échange de son apport

                -la cession des titres apportés intervenant souvent à bref délai, ne dégage aucune plsus value imposable (prix de cession = valeur d'apport) dans le patrimoine de la société bénéficiaire de l'apport. La société bénéficie ainsi d'une réserve de trésorerie importante.

 

                Le CONSEIL D'ETAT a mis sous surveillance ces opérations et les soumet à l'application de  la procédure de  répression des abus de droit ( 64 LPF) s'il s'agit d'un simple montage permettant au contribuable de disposer effectivement des liquidités obtenues tout en restant détenteur des titres de la société reçus en échange lors de l'apport.

                Il n'y a pas abus de droit  s'il ressort de l'ensemble de l'opération que  cette société a effectivement réinvesti le produit de ces cessions dans une activité économique.

 

1-L'APPORT CESSION SOUMIS AU SURSIS D'IMPOSITION ENTRE DANS LE CHAMP D'APPLICATION DE L'ABUS DE DROIT

                La question s'est posée car l'article 94 de la loi de finances pour 2000 a substitué à l'ancien régime de report d'imposition optionnel le régime impératif du sursis d'imposition.

                Si le sursis est  obligatoire, que peut on reprocher au contribuable?

                Mais par deux avis du 2 février 2012, le comité de l'abus de droit fiscal considère que le caractère automatique du sursis d'imposition ne fait pas échec à la procédure de répression des abus de droit et exige que la société bénéficiaire de l'apport réinvestisse le produit de cession des droits sociaux dans des activités économiques.

 

2-LES CONDITIONS POUR ECHAPPER A L'ABUS DE DROIT

150-0 B CGI

A-L'INVESTISSEMENT DANS DES ACTIVITES ECONOMIQUES:

CE 8 OCTOBRE 2010 et 27 JUILLET 2012

Il y a abus de droit si le montage a pour seule finalité de permettre au contribuable de disposer effectivement des liquidités logées dans la société bénéficiaire de l'apport.

-l'appréhension des liquidités s'entend d'une simple FACULTE et non d'une perception effective!

il en sera souvent ainsi si  le contribuable reste maître de la société bénéficiaire de l'apport

-pour échapper à l'abus de droit, il faut que la société bénéficiaire de l'apport ait effectivement réinvesti le produit de ces cession dans une activité économique:

                Il n'y pas de définition de l'ACTIVITE ECONOMIQUE

                *pour le CE, l'investissement économique s'oppose à la gestion 'purement patrimoniale" mais le CE ne définit pas l'activité ou l'investissement économique

 

                1°-la définition de l'activité économique au sens du Code de Commerce et de la Jurisprudence civile et commerciale

                *la loi ne définit pas la  notion d'entreprise ni celle de l'activité économique;

                Le Code de commerce (L 110-1 et L 110-2) recense et définit les actes de commerce et leur exercice professionnel (manière habituelle) caractérise une activité économique.

                Mais une activité économique peut être exercée par une société civile même non commerçante.

                La loi du 1er mars 1984 ( L 612-1et suivants CCom) fait référence aux personnes morales de droit privé commerçantes ou non commerçantes ( L 612-1 et L 612-2) ayant une activité économique = "toute activité de production, de transformation, ou de distribution de biens meubles ou immeubles et toute prestation de services en matière industrielle, commerciale, artisanale et agricole".

                *La Cour de Cassation

                L 313-22 Code Monétaire et financier : l'entreprise se caractérise par la poursuite d'une activité économique;

                Pour la Cour de Cassation, les activités libérales, l'exploitation de biens immobiliers y compris par une société à forme civile, sont économiques et supposent l'existence d'une entreprise.

                *Est-ce des activités immobilières sont systématiquement "économiques" ? le point est incertain.

                Il n'y a pas de doute ne présence d'une société immobilière ayant une véritable activité d'investisseur, acquérant et gérant des biens immobiliers en recouvrant à des financements bancaires,  ou d'une SCI acquérant des biens pour les donner à bail,  ou encore d'une SCI achetant des terrains pour y édifier des logements destins à la location ou à la vente.

                A l'inverse, une SCI familiale qui se borne à racheter à ses associés un logement déjà loué ne poursuit pas une activité économique même si elle emprunte = pure gestion patrimoniale

 

                EST ECONOMIQUE, L'ACTIVITE QUI A POUR FINALITE ET OBJET LA PRODUCTION OU L'ECHANGE DE BIESN ET SERVICES EXCECUTES  A DESTINATION DE TIERS SUR UN MARCHE DONNE.

 

                2°)LA NOTION D'ACTIVITE ECONOMIQUE AU SENS DE 256A al 5 CGI (TVA):

                256 A al 5 CGI Définition "toutes les activités de producteur, de commerçant, ou de prestataire de services, y compris les activités extractives, agricoles et celles des professions libérales et assimilées".

 

                Cour de Justice des Communautés Européennes (28 novembre 2006)= "est notamment considérée comme activité économique une opération comportant l'exploitation d'un bien corporel ou incorporel en vue d'en retirer des recettes ayant un caractère de permanence".

                Selon, la CJCE, la notion d'activité économique suppose en outre un critère de répétitivité et ne peut donc concerner des activités exercées à titre occasionnel.

                Analyse des activités immobilières:

                Tantôt un bien convient exclusivement à une activité économique et cela suffira pour qu'il soit admis que son exploitation constitue une activité économique

                Tantôt un bien , en raison de sa nature, peut être utilisé tant à des fins économiques que privées et dans ce cas, il convient d'examiner les conditions de son exploitation pour déterminer s'il est utilisé en vue d'en retirer des recettes présentant un caractère de permanence, auquel cas il y aura poursuite d'une activité économique.

 

                2 décisions du CE du 24 août 2011 apportent des éclaircissements à cette notion d'investissement économique:

                -le placement du produit de cession en valeur mobilières ou en produits de trésorerie = gestion purement patrimoniale à l'instar de celle que le contribuable aurait pu mener sur son patrimoine privé

                -l'investissement dans des participations sous le contrôle de la société bénéficiaire de l'apport = activité économique a priori si la société anime les dites participations (holding animatrice)

                analyse plus délicate si les réinvestissements sont minoritaires sans intervention dans la gestion

                *l'investissement dans des opérations immobilières ou des sociétés à  caractère patrimonial peut s'inscrire dans le cadre d'une activité économique mais il faudra en faire la démonstration (celle-ci pouvant se déduire de la nature des activités immobilières -c f infra)

                *avances d'associé consenties par la société bénéficiaire des apports à une filiale= activité économique ou non?

                si la société percevant l'avance utilise, ou pas, l'avance pour financer des travaux ou acquérir des éléments d'actifs ou pour financer des besoins en fonds de roulement, l'avance sera jugée , selon le cas, avoir une finalité économique ou patrimoniale.

 

 

                B-LA QUESTION DU QUANTUM REINVESTI ET DU DELAI POUR REINVESTIR

                -délai de réinvestissement:      

La Jurisprudence concède au contribuable un délai raisonnable pour procéder aux investissements.

                La Jurisprudence concède que pendant la période active de recherches d'investissements économiques, même in fine non concrétisés, la société puisse opérer une gestion purement patrimoniale de ses excédents de trésorerie (il faudra apporter la preuve des recherches actives )

 

                -quantum de réinvestissement:

                CE = il faut réinvestir une 'part significative'

                Le Conseil d'Etat a jugé qu'un réinvestissement de 4% ou 15% du produit de cession dans des projets économiques était insuffisant

                Le Comité de l'abus de droit fiscal s'est satisfait d'un réinvestissement correspondant à 39% du produit de cession (affaire 2011-17).

 

Article rédigé par M°Alain BOIVIN

Source= Jean-Louis MEDUS (JCP Ed Entreprises Septembre 2012)

 

Souscription au capital des sociétés/Réduction I.R Réduction d'Impôt sur le Revenu Souscription au capital de sociétés 48225 Les sommes versées jusqu’au 31.12.2016 pour souscrire en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital de certaines petites entreprises en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (§ 48240) ou de holdings animatrices détenant exclusivement des participations dans de telles sociétés ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu. Cet avantage s’applique également, dans des conditions particulières, aux souscriptions au capital de holdings non animatrices Lire la suite

Réduction d'Impôt sur le Revenu

Souscription au capital de sociétés

48225

Les sommes versées jusqu’au 31.12.2016 pour souscrire en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital de certaines petites entreprises en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (§ 48240) ou de holdings animatrices détenant exclusivement des participations dans de telles sociétés ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu. Cet avantage s’applique également, dans des conditions particulières, aux souscriptions au capital de holdings non animatrices (§ 48245).

Cette réduction d’impôt est soumise au plafonnement global des niches fiscales (§ 42890).

Pour le calcul des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux réalisées à partir de 2013, le gain net est diminué, le cas échéant, des réductions d’impôt effectivement obtenues à la souscription (§ 43655).

Pour les avantages liés à ces souscriptions en matière d’ISF, on se reportera aux paragraphes 40560 et suivants.

Les versements au titre des souscriptions, directes ou indirectes, en numéraire au capital de sociétés éligibles satisfont obligatoirement aux conditions du régime communautaire des aides d'État (BOFiP-IR-RICI-90-20-20-20-§ 30-19/05/2014).

Contribuables concernés

48230

La réduction d’impôt (CGI art. 199 terdecies-0 A ; ann. III, art. 46 AI bis ; BOFiP-IR-RICI-90-09/05/2014 ; RF 1051, §§ 1670 à 1699) s’applique :

-aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France et assimilées (§ 41866) qui souscrivent directement au capital de sociétés dans le cadre de la gestion de leur patrimoine privé, personnellement ou en indivision ;

-sous certaines conditions, aux membres des clubs d’investissement à raison de la fraction de leurs versements pour souscrire au capital de sociétés éligibles ;

-aux associés commanditaires des sociétés en commandite simple n’ayant pas opté pour l’IS (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§ 70-09/05/2014).

Souscriptions éligibles

48235

Les versements doivent être effectués en numéraire et constituer des souscriptions au capital initial ou aux augmentations de capital de sociétés éligibles, sous la forme de titres donnant accès au capital (actions ordinaires ou de préférence) ou de parts sociales (BOFiP-IR-RICI-90-10-09/05/2014). Le contribuable peut bénéficier de la réduction d’impôt au titre de la souscription en numéraire à une augmentation de capital par voie d’augmentation de la valeur nominale des parts ou actions qu’il détient dans la société (BOFiP-IR-RICI-90-10-10- § 20-09/05/2014).

La souscription peut être réalisée par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société (compte courant d’associé non bloqué, par exemple).

Les souscriptions ne doivent conférer aux souscripteurs que les seuls droits résultant de leur qualité d’actionnaire ou d’associé, à l’exclusion de toute contrepartie (tarifs préférentiels ou accès prioritaire aux biens produits ou aux services rendus par la société) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d ter ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 280 et 290-09/05/2014).

En outre, les souscriptions réalisées par un contribuable dans les 12 mois suivant le remboursement de ses apports précédents par la société bénéficiaire sont exclues du bénéfice de la réduction d’impôt (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 240 à 270-09/05/2014).

La souscription à l’augmentation du capital d’une société par compensation avec un compte courant d’associé acquis pour 1 € auprès d’une autre société, suivie d’une réduction du capital, n’ouvre pas droit à la réduction d’impôt (rescrit 2010-62 non repris au BOFiP du 12/09/2012).

Sociétés éligibles

48240

Jeunes entreprises opérationnelles. La société au capital de laquelle souscrit le contribuable (société cible) ouvre droit à la réduction d’impôt si les conditions précisées ci-après sont réunies.

(1) Ses titres ne sont pas admis à la négociation sur un marché réglementé français ou étranger défini par la directive 2004/39/CE du 21.04.2004 (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 10 à 30-09/05/2014).

(2) Elle a son siège social en France ou dans un autre État membre de l’UE ou de l'Espace économique européen (Islande, Norvège, Liechtenstein) (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 40 et 50-09/05/2014).

(3) Elle est soumise à l’IS, de plein droit ou sur option, dans les conditions de droit commun (même si elle en est exonérée temporairement) ou le serait, dans les mêmes conditions, si l’activité était exercée en France (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 60 à 80-09/05/2014).

(4) Elle répond, à la date de la souscription, à la définition des petites entreprises, au sens de la réglementation européenne (§ 19050), est créée depuis moins de 5 ans et est en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-20-19/05/2014).

(5) Elle exerce directement une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. Elle ne doit exercer ni une activité financière (banque, finance et assurance), immobilière, de gestion de patrimoine mobilier ou procurant des revenus garantis en raison d’un tarif réglementé de rachat de la production, ni une activité de production d’électricité d'origine photovoltaïque (électricité d'origine éolienne ou issue de la méthanisation, par exemple) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§§ 30 à 100-13/01/2014) (voir aussi précision 5 ci-après).

(6) Ses actifs ne sont pas constitués, de façon prépondérante, de métaux précieux, d’œuvres d’art, d’objets de collection, d’antiquités, de chevaux de course ou de concours, de vins ou d’alcools (sauf si l'objet de la société est la consommation ou la vente au détail de vins ou d’alcools) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d bis ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-30-19/05/2014).

(7) Elle compte au moins 2 salariés (1 seul si elle doit s’inscrire à la chambre des métiers et de l’artisanat) à la clôture de l'exercice qui suit la souscription ayant ouvert droit à la réduction d'IR (CGI art. 199 terdecies-0 A, I c bis; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 110 à 190-09/05/2014).

(8) Elle n’accorde aucune garantie en capital aux associés ou actionnaires en contrepartie de leurs souscriptions (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° f ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 200 à 230-09/05/2014).

Précisions

(3) Les souscriptions au capital de sociétés de capitaux ayant opté pour le régime des sociétés de personnes (§ 24620), au cours de la période couverte par l’option, ouvrent droit à la réduction d’impôt (BOFiP-BIC-CHAMP-70-20-40-20-§ 180-25/03/2014).

(4) Les sociétés cibles doivent donc employer moins de 50 salariés et avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel ou avoir un total de bilan inférieur à 10 M€ au cours de l’exercice, étant précisé que la société est toujours qualifiée d’entreprise autonome, au sens de la réglementation européenne (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§ 100-09/05/2014).

La condition relative à la taille de la société cible n'est pas exigée en cas de souscription au capital d’entreprises solidaires (visées à l’article L. 3332-17-1 du code du travail).

(5) Ne sont pas éligibles, en outre, les sociétés qualifiables d’entreprise en difficulté, au sens des lignes directrices communautaires (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-20-§§ 140 à 180-20-19/05-2014), celles relevant des secteurs de la construction navale, de l’industrie houillère ou de la sidérurgie ou celles exerçant uniquement une activité d’exportation (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 110-13/01/2014 ; RF 1051, § 1673).

L’activité de gestion de patrimoine mobilier s’entend de celle exercée par une société dont les parts ou actions sont exclues de l’exonération d’ISF des biens professionnels (§ 35455).

Les souscriptions au capital des entreprises solidaires (visées à l’article L. 3332-17-1 du code du travail) sont éligibles à l'avantage fiscal lorsque ces sociétés exercent une activité immobilière, financière ou relevant des secteurs de la construction navale, de l' industrie houillère ou de la sidérurgie (CGI art. 199 terdecies-0 A, I d 1er al.).

Les obligations déclaratives incombant aux souscripteurs et aux sociétés bénéficiaires des souscriptions sont fixées par décret (CGI, ann. III, art. 46 AI bis ; BOFiP-IR-RICI-90-40-09/05/2014).

48241

Holdings animatrices. Les holdings animatrices de leur groupe sont considérées comme exerçant une activité commerciale. Les souscriptions au capital de ces sociétés sont donc éligibles à la réduction d’impôt dans les conditions applicables aux investissements directs (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 20-13/01/2014).

La holding animatrice s’entend d’une société qui, outre la gestion d’un portefeuille de participations, participe activement à la conduite de la politique de son groupe et au contrôle de ses filiales et rend, le cas échéant et à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 3e al.).

En outre, pour ouvrir droit à la réduction d’impôt, la holding doit :

-détenir exclusivement des participations dans des sociétés opérationnelles éligibles à la réduction d'impôt (§ 48240) ;

-être constituée et contrôler au moins une filiale depuis au moins 12 mois à la date de la souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 3e al.).

48245

Holdings non animatrices. La réduction d’impôt s’applique également aux souscriptions au capital de sociétés (holdings non animatrices, business angels…) qui, à la fois (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-3° ; BOFiP-IR-RICI-90-10-30-19/05/2014) :

-réunissent l’ensemble des conditions exigées de la société cible (§ 48240), à l’exception de celle tenant à la nature de l’activité de la société ;

-ont pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés opérationnelles, c’est-à-dire exerçant directement une activité éligible (§ 48240) ;

-n’ont pas plus de 50 associés ou actionnaires. Cette condition ne s’applique pas aux souscriptions au capital de holdings qui investissent exclusivement dans des sociétés éligibles dont le capital est détenu, pour 10 % au moins, par une ou plusieurs sociétés coopératives ou l’une de leurs unions ;

-ont comme mandataires sociaux exclusivement des personnes physiques ;

-sous peine d’amende (CGI art. 1763 C), communiquent à l’investisseur, préalablement à sa souscription, un document d’information (CGI art. 199 terdecies-0 A, I 3e e).

La souscription au capital d’une holding passive ouvre également droit à la réduction d’impôt lorsque cette holding souscrit elle-même au capital d’une holding animatrice (§ 48241), sous réserve que la première holding respecte l’ensemble des conditions ci-dessus (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 20-13/01/2014).

Calcul et imputation de la réduction d’impôt

Versements à retenir

48255

Plafonds. Sous réserve des particularités indiquées ci-après (§§ 48260 à 48275), la réduction d’impôt est calculée sur le montant total des versements effectués au titre des souscriptions éligibles, retenus dans la limite annuelle de 50 000 € (personnes seules) ou de 100 000 € (couples soumis à imposition commune). Pour une même année d’imposition, ces plafonds sont appréciés compte tenu de l’ensemble des souscriptions au capital de sociétés opérationnelles et au capital de holdings non animatrices (voir aussi § 48280).

La fraction des versements qui excède les plafonds annuels est reportable (§ 48270). Les reports sont pris en compte, avec les versements de l'année, pour l'appréciation des limites annuelles (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 110-09/05/2014).

Le montant de la souscription à retenir est égal au nombre de titres souscrits multiplié par leur prix d’émission ( valeur nominale + prime d’émission unitaire, le cas échéant) (BOFiP-IR-RICI-90-10-10-§ 40-09/05/2014).

Pour les souscriptions réalisées par des clubs d’investissement, chaque membre du club bénéficie de la réduction d’impôt à concurrence de la fraction de sa souscription représentative de parts ou d’actions de sociétés éligibles (BOFiP-IR-RICI-90-10-§ 20-09/05/2014).

En cas de participation à une opération comprenant à la fois une augmentation de capital et une cession de titres existants, seule la part du versement affectée à l’augmentation de capital doit être prise en compte dans la base de calcul de la réduction d’impôt (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 10-09/05/2014).

Les souscriptions effectuées le 31.12.2011 au plus tard dans le cadre du dispositif PME ont été retenues dans la limite annuelle de 20 000 € (personnes seules) ou 40 000 € (couples) en cas de souscription au capital de PME. La fraction des versements excédant ces plafonds est reportable (§ 48270).

48260

Versements échelonnés. Lorsque la date de libération effective des fonds par le souscripteur est postérieure à la date de souscription, les réductions d’impôt sont pratiquées sur le montant des versements libérés, retenus dans la limite du plafond annuel.

48265

Holding non animatrice. Le montant du versement retenu dans la base de la réduction d’impôt est proportionnel aux souscriptions en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital réalisées par la holding dans des sociétés éligibles. Cette proportion est déterminée en retenant (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§§ 20 à 70-09/05/2014) :

-au numérateur, le montant des versements effectués par la holding, à l’aide des capitaux retenus au dénominateur, au titre de souscriptions au capital initial ou aux augmentations de capital de sociétés éligibles. Seuls sont retenus au numérateur les versements réalisés avant la date de clôture de l’exercice au cours duquel le contribuable a versé tout ou partie de sa souscription au capital de la holding ;

-au dénominateur, le montant des versements reçus au cours de l’exercice par la holding et correspondant à l’appel de tout ou partie du capital initial ou de l’augmentation de capital auquel le contribuable a souscrit.

48270

Report des excédents. Le souscripteur qui effectue, au titre d’une année, des versements excédant le plafond annuel peut bénéficier de la réduction d’impôt, à hauteur de l’excédent et dans la limite du plafond légal, au titre de l’année suivante puis, le cas échéant et selon le montant du versement, des 4 années suivantes (CGI art. 199 terdecies-0 A-II, 2e al.).

Un souscripteur qui a effectué, en 2013, des versements excédant les limites de 50 000 € ou 100 000 € peut donc bénéficier, à hauteur de l’excédent, dans la limite du plafond de 50 000 € ou 100 000 €, de la réduction d’impôt au titre de 2014, puis, le cas échéant, des années 2015, 2016 et 2017.

Si, au titre des années suivantes, le contribuable procède à de nouveaux versements, les excédents non encore utilisés et reportés ouvrent droit à la réduction d’impôt avant les versements de l’année considérée. Pour les années suivantes, le report s’effectue en utilisant d’abord les excédents non utilisés les plus anciens (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 140-09/05/2014).

Articulation entre les plafonds. Les fractions excédentaires des versements effectués le 31.11.2011 au plus tard dans le cadre du dispositif PME (§ 48255) ne peuvent être reportées, pour l’imposition des revenus des années 2012 à 2015, qu’à hauteur des plafonds de versements de 20 000 € ou 40 000 €, selon la situation de famille du contribuable (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 130-09/05/2014).

De plus, pour un contribuable bénéficiant, au titre des années 2012 à 2015, des plafonds de 50 000 € ou 100 000 € et de fractions excédentaires de versements reportées au titre du dispositif PME, le plafond total ne peut excéder, au titre de la même année, 50 000 € ou 100 000 € selon sa situation de famille.

48275

Report des excédents résultant du plafonnement global de 10 000 €. Pour les versements afférents aux souscriptions effectuées à compter de 2013, la fraction de la réduction d'impôt qui ne peut pas être imputée en raison de la mise en œuvre du plafonnement global des niches fiscales (§ 42890) peut être reportée sur l'impôt dû au titre des années suivantes, jusqu'à la 5e inclusivement (CGI art. 199 terdecies-0 A, II, al. 3 ; BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 220-09/05/2014). Pour déterminer cet excédent au titre d'une année, il est tenu compte, dans cet ordre, de la réduction d'impôt accordée au titre :

-des versements réalisés au cours de la même année ;

-des reports de versements excédentaires (§ 48270) ;

-des reports de réduction d'impôt au titre d'années antérieures au titre de ce nouveau mécanisme de report.

Pour la détermination de cet excédent, les avantages fiscaux (soumis ou non au plafonnement global) dont le contribuable peut, par ailleurs, bénéficier, ne sont pas pris en compte.

Taux de réduction d’impôt

48280

Le taux de la réduction d’impôt est de 18 %. En cas de libération progressive du capital, le taux applicable est celui de l’année du versement (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 160-09/05/2014). Lorsque la date de libération effective des fonds intervient postérieurement à la date de souscription, les versements ouvrent droit à la réduction d’impôt au taux en vigueur à la date de libération effective des fonds (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 170-09/05/2014).

La réduction d’impôt accordée au titre des reports excédentaires (§ 48270) est calculée au taux en vigueur lors du versement ouvrant droit à l’avantage fiscal (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 170-09/05/2014). Ainsi, le taux de réduction d'impôt est de :

-25 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués jusqu’au 31.12.2010 ;

-22 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués en 2011 ;

-18 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués à compter de 2012.

Année d’imputation de la réduction d’impôt

48285

Le contribuable bénéficie de la réduction d’impôt au titre des années au cours desquelles il procède au versement, total ou partiel, de la souscription.

Seuls les investissements ayant donné lieu à un décaissement effectif ouvrent donc droit à l'avantage.

En cas de souscription via une holding non animatrice, la réduction d’impôt est accordée au titre de l’année de clôture de l’exercice de la holding au cours duquel le contribuable a versé tout ou partie de sa souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-3°, dernier al.).

Par tolérance, lorsque l’exercice de la holding ne coïncide pas avec l’année civile, la réduction d’impôt s’applique au titre de l’année civile au cours duquel le contribuable verse sa souscription au capital de la holding si les conditions suivantes sont remplies (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 90-09/05/2014) :

-la holding procède, avant la fin de cette année civile, au versement de la totalité des souscriptions qu’elle a reçues, au titre de l’opération à laquelle le contribuable a participé, au capital de sociétés éligibles ;

-les versements du contribuable et de la holding interviennent au cours du même exercice.

Le 15.09.2013, un célibataire a souscrit au capital initial d’une holding en versant 20 000 €.

La holding a un premier exercice courant du 1.07.2013 au 30.06.2014. Cette holding a investi, le 30.11.2013, la totalité des fonds appelés constitutifs de son capital initial dans la souscription au capital d’une société éligible.

Le contribuable verse sa souscription au capital de la holding au cours de l’exercice 2013-2014. La réduction d’impôt lui est accordée au titre :

-soit de 2013 en application de la tolérance ;

-soit de 2014, année de clôture de l’exercice de la holding au cours duquel il a versé sa souscription.

Les modalités d'application de la réduction d'impôt en cas de changement de situation matrimoniale sont précisées par l'administration (BOFiP-IR-RICI-90-20-20-10-19/05/2014).

Articulation avec d’autres dispositifs

48290

La réduction d’impôt ne s’applique pas à la fraction des versements effectués au titre de souscriptions ayant donné lieu à une réduction d’impôt sur le revenu (CGI art. 199-terdecies 0-A, VI quater ; BOFiP-IR-RICI-90-20-20-30-12/09/2012) :

-pour investissement outre-mer sous forme d’une souscription au capital de SDR, de sociétés soumises à l’IS, de sociétés en difficulté ou de SOFIOM (visées aux f, g et h de l’article 199 undecies A, 2 du CGI) (§ 42150) ;

-pour investissement outre-mer via une entreprise (§ 42170) ;

-au titre des emprunts souscrits pour la reprise d’une entreprise (§ 38910) ;

- pour souscription au capital de Sofica (§ 48170).

De même, la réduction d’impôt ne s’applique pas à la fraction des versements effectués au titre de souscriptions ayant donné lieu :

-à la réduction d’ISF (§ 40560) ;

-à la déduction du salaire brut des intérêts contractés pour acquérir les parts d’une SCOP issue d’une société existante (§ 47452).

Par ailleurs, lorsque le contribuable obtient la réduction d'impôt pour une souscription, il ne peut pas placer les actions ou parts correspondantes dans un PEA, un PEA-PME ou un plan d’épargne salariale (PEE, PEI ou PERCO) (§§ 42970 et 43120).

Sur l’articulation avec l’exonération des plus-values sur titres de JEI, on se reportera au paragraphe 48295. Enfin, pour le calcul des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux réalisées à partir du 1.01.2013, le gain net est diminué, le cas échéant, des réductions d’impôt effectivement obtenues à la souscription (§ 43655).

Obligation de conservation des titres

48295

Remise en cause. La réduction d’impôt est reprise lorsque, pendant les 5 années suivant celle de la souscription, sont cédés (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-30-09/05/2014) :

-les titres de la société dans laquelle le contribuable a souscrit (souscription directe au capital de la société opérationnelle ou de la holding) ;

-les titres de la société opérationnelle dans laquelle la holding interposée a souscrit.

La reprise est pratiquée au titre de l’année de la cession.

Lorsque l’investissement est réalisé via une holding, la condition de conservation des titres pendant 5 ans doit être respectée à la fois par (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 50-09/05/2014) :

-l’investisseur personne physique (obligation de conservation des titres de la holding interposée) ;

-et la holding interposée (obligation de conservation des titres de la société éligible).

Les fusions, les scissions et les opérations d'offres publiques n'entraînent pas la remise en cause de l'avantage, mais l'obligation de conservation des titres est transférée sur les titres reçus en échange (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 90-09/05/2014). Cette tolérance ne s'applique pas si les titres sont apportés à une offre publique d'achat (OPA) (rescrit 2011-31 sous BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 90-09/05/2014).

Les réductions d’impôt sont reprises également si :

-pour les souscriptions effectuées à compter du 13.10.2012, le souscripteur est remboursé de ses apports avant le 31 décembre de la 10e année suivant celle de la souscription, quelle que soit la forme de ce remboursement (numéraire, en nature…) (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.). Cette obligation ne s’oppose pas à la revente des titres, par le redevable, au terme du délai de conservation (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 140-09/05/2014). Le délai de non-remboursement des apports est ramené à 5 ans pour les parts investies dans des entreprises solidaires et dans des établissements de crédit dont 80 % de l'ensemble des prêts et des investissements sont effectués en faveur d'entreprises solidaires ;

-le contribuable demande l’exonération des plus-values de cession des titres de jeunes entreprises innovantes (JEI ou JEU) (gains réalisés avant 2014) (§ 43605).

Bien entendu, la réduction d’impôt peut être remise en cause lorsque l’une des conditions tenant à la société-cible ou l’une des obligations incombant aux souscripteurs ou à la société n’est pas satisfaite.

48300

Dispense de reprise. Aucune reprise n’est effectuée dans les cas suivants (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e et 3e al.) :

-cession ou remboursement des titres résultant du licenciement, de l'invalidité ou du décès du contribuable ou de l’un des époux (ou partenaires) soumis à une imposition commune ;

-annulation des titres consécutive à la liquidation judiciaire de la société opérationnelle dans laquelle le contribuable a souscrit, directement ou par l’intermédiaire d’une holding, si ses apports ne lui sont pas remboursés pendant la durée de conservation des titres (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 120-09/05/2014) ;

-donation des titres à une personne physique. L’obligation de conservation des titres est transférée au donataire pour la durée restant à courir ; à défaut, la reprise est effectuée au nom du donateur. Cette dispense de reprise ne s’applique pas si le donataire est remboursé des apports avant le 31 décembre de la 10e année suivant celle de la souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A-IV, 2e al.) ;

-démembrement des titres souscrits. La réduction d’impôt n’est donc pas remise en cause en cas de donation de l’usufruit ou de la nue-propriété des titres souscrits, sous réserve que l’obligation de conservation des titres soit, d’une part, poursuivie par le donateur sur les droits démembrés non transmis et, d’autre part, reprise par le donataire sur les droits démembrés transmis (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 110-09/05/2014).

48305

Quotité reprise. La réduction d’impôt est intégralement remise en cause dans les cas suivants (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 180-09/05/2014) :

-le contribuable cède les actions ou parts ayant donné lieu à la réduction d’impôt avant le 31.12 de la 5e année suivant celle de leur souscription ;

-pendant ces 5 années, la holding interposée cède les parts ou actions reçues en contrepartie de sa souscription au capital de sociétés éligibles.

Toutefois, en cas de cession partielle ou de remboursement partiel des titres, la réduction d’impôt n’est reprise qu’à hauteur du nombre de titres cédés ou remboursés, toutes les autres conditions étant par ailleurs respectées. Cette tolérance s’applique également en cas de cession partielle, par la holding, ou de remboursement partiel à la holding, des titres reçus en contrepartie de la souscription au capital de sociétés prises en compte pour le bénéfice de la réduction d’impôt (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 180-09/05/2014).

 

LES NOUVELLES REGLES DE L'APPORT CESSION Le nouveau régime de REPORT D’IMPOSITION n’a vocation à s’appliquer, en place du sursis d’imposition (150-O B Cgi) qu’en cas d’apport de titres par une PERSONNE PHYSIQUE à une SOCIETE IS CONTROLEE par l’APPORTEUR =lorsqu’une des conditions du report d’imposition fait défaut, la plus-value d’apport relèvera du sursis d’imposition Lire la suite
ISF - réduction de l'impôt Souscription au capital de sociétés 48225 Les sommes versées jusqu’au 31.12.2016 pour souscrire en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital de certaines petites entreprises en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (§ 48240) ou de holdings animatrices détenant exclusivement des participations dans de telles sociétés ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu. Cet avantage s’applique également, dans des conditions particulières, aux souscriptions au capital de holdings non animatrices (§ 48245). Cette réduction d’impôt est soumise au plafonnement global des niches fiscales Lire la suite

I.S.F

Souscription au capital de sociétés

48225

Les sommes versées jusqu’au 31.12.2016 pour souscrire en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital de certaines petites entreprises en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (§ 48240) ou de holdings animatrices détenant exclusivement des participations dans de telles sociétés ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu. Cet avantage s’applique également, dans des conditions particulières, aux souscriptions au capital de holdings non animatrices (§ 48245).

Cette réduction d’impôt est soumise au plafonnement global des niches fiscales (§ 42890).

Pour le calcul des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux réalisées à partir de 2013, le gain net est diminué, le cas échéant, des réductions d’impôt effectivement obtenues à la souscription (§ 43655).

Pour les avantages liés à ces souscriptions en matière d’ISF, on se reportera aux paragraphes 40560 et suivants.

Les versements au titre des souscriptions, directes ou indirectes, en numéraire au capital de sociétés éligibles satisfont obligatoirement aux conditions du régime communautaire des aides d'État (BOFiP-IR-RICI-90-20-20-20-§ 30-19/05/2014).

Contribuables concernés

48230

La réduction d’impôt (CGI art. 199 terdecies-0 A ; ann. III, art. 46 AI bis ; BOFiP-IR-RICI-90-09/05/2014 ; RF 1051, §§ 1670 à 1699) s’applique :

-aux personnes physiques dont le domicile fiscal est situé en France et assimilées (§ 41866) qui souscrivent directement au capital de sociétés dans le cadre de la gestion de leur patrimoine privé, personnellement ou en indivision ;

-sous certaines conditions, aux membres des clubs d’investissement à raison de la fraction de leurs versements pour souscrire au capital de sociétés éligibles ;

-aux associés commanditaires des sociétés en commandite simple n’ayant pas opté pour l’IS (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§ 70-09/05/2014).

Souscriptions éligibles

48235

Les versements doivent être effectués en numéraire et constituer des souscriptions au capital initial ou aux augmentations de capital de sociétés éligibles, sous la forme de titres donnant accès au capital (actions ordinaires ou de préférence) ou de parts sociales (BOFiP-IR-RICI-90-10-09/05/2014). Le contribuable peut bénéficier de la réduction d’impôt au titre de la souscription en numéraire à une augmentation de capital par voie d’augmentation de la valeur nominale des parts ou actions qu’il détient dans la société (BOFiP-IR-RICI-90-10-10- § 20-09/05/2014).

La souscription peut être réalisée par compensation avec des créances liquides et exigibles sur la société (compte courant d’associé non bloqué, par exemple).

Les souscriptions ne doivent conférer aux souscripteurs que les seuls droits résultant de leur qualité d’actionnaire ou d’associé, à l’exclusion de toute contrepartie (tarifs préférentiels ou accès prioritaire aux biens produits ou aux services rendus par la société) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d ter ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 280 et 290-09/05/2014).

En outre, les souscriptions réalisées par un contribuable dans les 12 mois suivant le remboursement de ses apports précédents par la société bénéficiaire sont exclues du bénéfice de la réduction d’impôt (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 240 à 270-09/05/2014).

La souscription à l’augmentation du capital d’une société par compensation avec un compte courant d’associé acquis pour 1 € auprès d’une autre société, suivie d’une réduction du capital, n’ouvre pas droit à la réduction d’impôt (rescrit 2010-62 non repris au BOFiP du 12/09/2012).

Sociétés éligibles

48240

Jeunes entreprises opérationnelles. La société au capital de laquelle souscrit le contribuable (société cible) ouvre droit à la réduction d’impôt si les conditions précisées ci-après sont réunies.

(1) Ses titres ne sont pas admis à la négociation sur un marché réglementé français ou étranger défini par la directive 2004/39/CE du 21.04.2004 (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 10 à 30-09/05/2014).

(2) Elle a son siège social en France ou dans un autre État membre de l’UE ou de l'Espace économique européen (Islande, Norvège, Liechtenstein) (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 40 et 50-09/05/2014).

(3) Elle est soumise à l’IS, de plein droit ou sur option, dans les conditions de droit commun (même si elle en est exonérée temporairement) ou le serait, dans les mêmes conditions, si l’activité était exercée en France (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 60 à 80-09/05/2014).

(4) Elle répond, à la date de la souscription, à la définition des petites entreprises, au sens de la réglementation européenne (§ 19050), est créée depuis moins de 5 ans et est en phase d’amorçage, de démarrage ou d’expansion (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-20-19/05/2014).

(5) Elle exerce directement une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. Elle ne doit exercer ni une activité financière (banque, finance et assurance), immobilière, de gestion de patrimoine mobilier ou procurant des revenus garantis en raison d’un tarif réglementé de rachat de la production, ni une activité de production d’électricité d'origine photovoltaïque (électricité d'origine éolienne ou issue de la méthanisation, par exemple) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§§ 30 à 100-13/01/2014) (voir aussi précision 5 ci-après).

(6) Ses actifs ne sont pas constitués, de façon prépondérante, de métaux précieux, d’œuvres d’art, d’objets de collection, d’antiquités, de chevaux de course ou de concours, de vins ou d’alcools (sauf si l'objet de la société est la consommation ou la vente au détail de vins ou d’alcools) (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° d bis ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-30-19/05/2014).

(7) Elle compte au moins 2 salariés (1 seul si elle doit s’inscrire à la chambre des métiers et de l’artisanat) à la clôture de l'exercice qui suit la souscription ayant ouvert droit à la réduction d'IR (CGI art. 199 terdecies-0 A, I c bis; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 110 à 190-09/05/2014).

(8) Elle n’accorde aucune garantie en capital aux associés ou actionnaires en contrepartie de leurs souscriptions (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-2° f ; BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§§ 200 à 230-09/05/2014).

Précisions

(3) Les souscriptions au capital de sociétés de capitaux ayant opté pour le régime des sociétés de personnes (§ 24620), au cours de la période couverte par l’option, ouvrent droit à la réduction d’impôt (BOFiP-BIC-CHAMP-70-20-40-20-§ 180-25/03/2014).

(4) Les sociétés cibles doivent donc employer moins de 50 salariés et avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel ou avoir un total de bilan inférieur à 10 M€ au cours de l’exercice, étant précisé que la société est toujours qualifiée d’entreprise autonome, au sens de la réglementation européenne (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-40-§ 100-09/05/2014).

La condition relative à la taille de la société cible n'est pas exigée en cas de souscription au capital d’entreprises solidaires (visées à l’article L. 3332-17-1 du code du travail).

(5) Ne sont pas éligibles, en outre, les sociétés qualifiables d’entreprise en difficulté, au sens des lignes directrices communautaires (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-20-§§ 140 à 180-20-19/05-2014), celles relevant des secteurs de la construction navale, de l’industrie houillère ou de la sidérurgie ou celles exerçant uniquement une activité d’exportation (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 110-13/01/2014 ; RF 1051, § 1673).

L’activité de gestion de patrimoine mobilier s’entend de celle exercée par une société dont les parts ou actions sont exclues de l’exonération d’ISF des biens professionnels (§ 35455).

Les souscriptions au capital des entreprises solidaires (visées à l’article L. 3332-17-1 du code du travail) sont éligibles à l'avantage fiscal lorsque ces sociétés exercent une activité immobilière, financière ou relevant des secteurs de la construction navale, de l' industrie houillère ou de la sidérurgie (CGI art. 199 terdecies-0 A, I d 1er al.).

Les obligations déclaratives incombant aux souscripteurs et aux sociétés bénéficiaires des souscriptions sont fixées par décret (CGI, ann. III, art. 46 AI bis ; BOFiP-IR-RICI-90-40-09/05/2014).

48241

Holdings animatrices. Les holdings animatrices de leur groupe sont considérées comme exerçant une activité commerciale. Les souscriptions au capital de ces sociétés sont donc éligibles à la réduction d’impôt dans les conditions applicables aux investissements directs (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 20-13/01/2014).

La holding animatrice s’entend d’une société qui, outre la gestion d’un portefeuille de participations, participe activement à la conduite de la politique de son groupe et au contrôle de ses filiales et rend, le cas échéant et à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 3e al.).

En outre, pour ouvrir droit à la réduction d’impôt, la holding doit :

-détenir exclusivement des participations dans des sociétés opérationnelles éligibles à la réduction d'impôt (§ 48240) ;

-être constituée et contrôler au moins une filiale depuis au moins 12 mois à la date de la souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A, VI quater, 3e al.).

48245

Holdings non animatrices. La réduction d’impôt s’applique également aux souscriptions au capital de sociétés (holdings non animatrices, business angels…) qui, à la fois (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-3° ; BOFiP-IR-RICI-90-10-30-19/05/2014) :

-réunissent l’ensemble des conditions exigées de la société cible (§ 48240), à l’exception de celle tenant à la nature de l’activité de la société ;

-ont pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés opérationnelles, c’est-à-dire exerçant directement une activité éligible (§ 48240) ;

-n’ont pas plus de 50 associés ou actionnaires. Cette condition ne s’applique pas aux souscriptions au capital de holdings qui investissent exclusivement dans des sociétés éligibles dont le capital est détenu, pour 10 % au moins, par une ou plusieurs sociétés coopératives ou l’une de leurs unions ;

-ont comme mandataires sociaux exclusivement des personnes physiques ;

-sous peine d’amende (CGI art. 1763 C), communiquent à l’investisseur, préalablement à sa souscription, un document d’information (CGI art. 199 terdecies-0 A, I 3e e).

La souscription au capital d’une holding passive ouvre également droit à la réduction d’impôt lorsque cette holding souscrit elle-même au capital d’une holding animatrice (§ 48241), sous réserve que la première holding respecte l’ensemble des conditions ci-dessus (BOFiP-IR-RICI-90-10-20-10-§ 20-13/01/2014).

Calcul et imputation de la réduction d’impôt

Versements à retenir

48255

Plafonds. Sous réserve des particularités indiquées ci-après (§§ 48260 à 48275), la réduction d’impôt est calculée sur le montant total des versements effectués au titre des souscriptions éligibles, retenus dans la limite annuelle de 50 000 € (personnes seules) ou de 100 000 € (couples soumis à imposition commune). Pour une même année d’imposition, ces plafonds sont appréciés compte tenu de l’ensemble des souscriptions au capital de sociétés opérationnelles et au capital de holdings non animatrices (voir aussi § 48280).

La fraction des versements qui excède les plafonds annuels est reportable (§ 48270). Les reports sont pris en compte, avec les versements de l'année, pour l'appréciation des limites annuelles (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 110-09/05/2014).

Le montant de la souscription à retenir est égal au nombre de titres souscrits multiplié par leur prix d’émission ( valeur nominale + prime d’émission unitaire, le cas échéant) (BOFiP-IR-RICI-90-10-10-§ 40-09/05/2014).

Pour les souscriptions réalisées par des clubs d’investissement, chaque membre du club bénéficie de la réduction d’impôt à concurrence de la fraction de sa souscription représentative de parts ou d’actions de sociétés éligibles (BOFiP-IR-RICI-90-10-§ 20-09/05/2014).

En cas de participation à une opération comprenant à la fois une augmentation de capital et une cession de titres existants, seule la part du versement affectée à l’augmentation de capital doit être prise en compte dans la base de calcul de la réduction d’impôt (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 10-09/05/2014).

Les souscriptions effectuées le 31.12.2011 au plus tard dans le cadre du dispositif PME ont été retenues dans la limite annuelle de 20 000 € (personnes seules) ou 40 000 € (couples) en cas de souscription au capital de PME. La fraction des versements excédant ces plafonds est reportable (§ 48270).

48260

Versements échelonnés. Lorsque la date de libération effective des fonds par le souscripteur est postérieure à la date de souscription, les réductions d’impôt sont pratiquées sur le montant des versements libérés, retenus dans la limite du plafond annuel.

48265

Holding non animatrice. Le montant du versement retenu dans la base de la réduction d’impôt est proportionnel aux souscriptions en numéraire au capital initial ou aux augmentations de capital réalisées par la holding dans des sociétés éligibles. Cette proportion est déterminée en retenant (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§§ 20 à 70-09/05/2014) :

-au numérateur, le montant des versements effectués par la holding, à l’aide des capitaux retenus au dénominateur, au titre de souscriptions au capital initial ou aux augmentations de capital de sociétés éligibles. Seuls sont retenus au numérateur les versements réalisés avant la date de clôture de l’exercice au cours duquel le contribuable a versé tout ou partie de sa souscription au capital de la holding ;

-au dénominateur, le montant des versements reçus au cours de l’exercice par la holding et correspondant à l’appel de tout ou partie du capital initial ou de l’augmentation de capital auquel le contribuable a souscrit.

48270

Report des excédents. Le souscripteur qui effectue, au titre d’une année, des versements excédant le plafond annuel peut bénéficier de la réduction d’impôt, à hauteur de l’excédent et dans la limite du plafond légal, au titre de l’année suivante puis, le cas échéant et selon le montant du versement, des 4 années suivantes (CGI art. 199 terdecies-0 A-II, 2e al.).

Un souscripteur qui a effectué, en 2013, des versements excédant les limites de 50 000 € ou 100 000 € peut donc bénéficier, à hauteur de l’excédent, dans la limite du plafond de 50 000 € ou 100 000 €, de la réduction d’impôt au titre de 2014, puis, le cas échéant, des années 2015, 2016 et 2017.

Si, au titre des années suivantes, le contribuable procède à de nouveaux versements, les excédents non encore utilisés et reportés ouvrent droit à la réduction d’impôt avant les versements de l’année considérée. Pour les années suivantes, le report s’effectue en utilisant d’abord les excédents non utilisés les plus anciens (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 140-09/05/2014).

Articulation entre les plafonds. Les fractions excédentaires des versements effectués le 31.11.2011 au plus tard dans le cadre du dispositif PME (§ 48255) ne peuvent être reportées, pour l’imposition des revenus des années 2012 à 2015, qu’à hauteur des plafonds de versements de 20 000 € ou 40 000 €, selon la situation de famille du contribuable (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 130-09/05/2014).

De plus, pour un contribuable bénéficiant, au titre des années 2012 à 2015, des plafonds de 50 000 € ou 100 000 € et de fractions excédentaires de versements reportées au titre du dispositif PME, le plafond total ne peut excéder, au titre de la même année, 50 000 € ou 100 000 € selon sa situation de famille.

48275

Report des excédents résultant du plafonnement global de 10 000 €. Pour les versements afférents aux souscriptions effectuées à compter de 2013, la fraction de la réduction d'impôt qui ne peut pas être imputée en raison de la mise en œuvre du plafonnement global des niches fiscales (§ 42890) peut être reportée sur l'impôt dû au titre des années suivantes, jusqu'à la 5e inclusivement (CGI art. 199 terdecies-0 A, II, al. 3 ; BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 220-09/05/2014). Pour déterminer cet excédent au titre d'une année, il est tenu compte, dans cet ordre, de la réduction d'impôt accordée au titre :

-des versements réalisés au cours de la même année ;

-des reports de versements excédentaires (§ 48270) ;

-des reports de réduction d'impôt au titre d'années antérieures au titre de ce nouveau mécanisme de report.

Pour la détermination de cet excédent, les avantages fiscaux (soumis ou non au plafonnement global) dont le contribuable peut, par ailleurs, bénéficier, ne sont pas pris en compte.

Taux de réduction d’impôt

48280

Le taux de la réduction d’impôt est de 18 %. En cas de libération progressive du capital, le taux applicable est celui de l’année du versement (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 160-09/05/2014). Lorsque la date de libération effective des fonds intervient postérieurement à la date de souscription, les versements ouvrent droit à la réduction d’impôt au taux en vigueur à la date de libération effective des fonds (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 170-09/05/2014).

La réduction d’impôt accordée au titre des reports excédentaires (§ 48270) est calculée au taux en vigueur lors du versement ouvrant droit à l’avantage fiscal (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 170-09/05/2014). Ainsi, le taux de réduction d'impôt est de :

-25 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués jusqu’au 31.12.2010 ;

-22 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués en 2011 ;

-18 % sur les fractions de versements reportées au titre des versements effectués à compter de 2012.

Année d’imputation de la réduction d’impôt

48285

Le contribuable bénéficie de la réduction d’impôt au titre des années au cours desquelles il procède au versement, total ou partiel, de la souscription.

Seuls les investissements ayant donné lieu à un décaissement effectif ouvrent donc droit à l'avantage.

En cas de souscription via une holding non animatrice, la réduction d’impôt est accordée au titre de l’année de clôture de l’exercice de la holding au cours duquel le contribuable a versé tout ou partie de sa souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A, I-3°, dernier al.).

Par tolérance, lorsque l’exercice de la holding ne coïncide pas avec l’année civile, la réduction d’impôt s’applique au titre de l’année civile au cours duquel le contribuable verse sa souscription au capital de la holding si les conditions suivantes sont remplies (BOFiP-IR-RICI-90-20-10-§ 90-09/05/2014) :

-la holding procède, avant la fin de cette année civile, au versement de la totalité des souscriptions qu’elle a reçues, au titre de l’opération à laquelle le contribuable a participé, au capital de sociétés éligibles ;

-les versements du contribuable et de la holding interviennent au cours du même exercice.

Le 15.09.2013, un célibataire a souscrit au capital initial d’une holding en versant 20 000 €.

La holding a un premier exercice courant du 1.07.2013 au 30.06.2014. Cette holding a investi, le 30.11.2013, la totalité des fonds appelés constitutifs de son capital initial dans la souscription au capital d’une société éligible.

Le contribuable verse sa souscription au capital de la holding au cours de l’exercice 2013-2014. La réduction d’impôt lui est accordée au titre :

-soit de 2013 en application de la tolérance ;

-soit de 2014, année de clôture de l’exercice de la holding au cours duquel il a versé sa souscription.

Les modalités d'application de la réduction d'impôt en cas de changement de situation matrimoniale sont précisées par l'administration (BOFiP-IR-RICI-90-20-20-10-19/05/2014).

Articulation avec d’autres dispositifs

48290

La réduction d’impôt ne s’applique pas à la fraction des versements effectués au titre de souscriptions ayant donné lieu à une réduction d’impôt sur le revenu (CGI art. 199-terdecies 0-A, VI quater ; BOFiP-IR-RICI-90-20-20-30-12/09/2012) :

-pour investissement outre-mer sous forme d’une souscription au capital de SDR, de sociétés soumises à l’IS, de sociétés en difficulté ou de SOFIOM (visées aux f, g et h de l’article 199 undecies A, 2 du CGI) (§ 42150) ;

-pour investissement outre-mer via une entreprise (§ 42170) ;

-au titre des emprunts souscrits pour la reprise d’une entreprise (§ 38910) ;

- pour souscription au capital de Sofica (§ 48170).

De même, la réduction d’impôt ne s’applique pas à la fraction des versements effectués au titre de souscriptions ayant donné lieu :

-à la réduction d’ISF (§ 40560) ;

-à la déduction du salaire brut des intérêts contractés pour acquérir les parts d’une SCOP issue d’une société existante (§ 47452).

Par ailleurs, lorsque le contribuable obtient la réduction d'impôt pour une souscription, il ne peut pas placer les actions ou parts correspondantes dans un PEA, un PEA-PME ou un plan d’épargne salariale (PEE, PEI ou PERCO) (§§ 42970 et 43120).

Sur l’articulation avec l’exonération des plus-values sur titres de JEI, on se reportera au paragraphe 48295. Enfin, pour le calcul des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux réalisées à partir du 1.01.2013, le gain net est diminué, le cas échéant, des réductions d’impôt effectivement obtenues à la souscription (§ 43655).

Obligation de conservation des titres

48295

Remise en cause. La réduction d’impôt est reprise lorsque, pendant les 5 années suivant celle de la souscription, sont cédés (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-30-09/05/2014) :

-les titres de la société dans laquelle le contribuable a souscrit (souscription directe au capital de la société opérationnelle ou de la holding) ;

-les titres de la société opérationnelle dans laquelle la holding interposée a souscrit.

La reprise est pratiquée au titre de l’année de la cession.

Lorsque l’investissement est réalisé via une holding, la condition de conservation des titres pendant 5 ans doit être respectée à la fois par (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.; BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 50-09/05/2014) :

-l’investisseur personne physique (obligation de conservation des titres de la holding interposée) ;

-et la holding interposée (obligation de conservation des titres de la société éligible).

Les fusions, les scissions et les opérations d'offres publiques n'entraînent pas la remise en cause de l'avantage, mais l'obligation de conservation des titres est transférée sur les titres reçus en échange (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 90-09/05/2014). Cette tolérance ne s'applique pas si les titres sont apportés à une offre publique d'achat (OPA) (rescrit 2011-31 sous BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 90-09/05/2014).

Les réductions d’impôt sont reprises également si :

-pour les souscriptions effectuées à compter du 13.10.2012, le souscripteur est remboursé de ses apports avant le 31 décembre de la 10e année suivant celle de la souscription, quelle que soit la forme de ce remboursement (numéraire, en nature…) (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e al.). Cette obligation ne s’oppose pas à la revente des titres, par le redevable, au terme du délai de conservation (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 140-09/05/2014). Le délai de non-remboursement des apports est ramené à 5 ans pour les parts investies dans des entreprises solidaires et dans des établissements de crédit dont 80 % de l'ensemble des prêts et des investissements sont effectués en faveur d'entreprises solidaires ;

-le contribuable demande l’exonération des plus-values de cession des titres de jeunes entreprises innovantes (JEI ou JEU) (gains réalisés avant 2014) (§ 43605).

Bien entendu, la réduction d’impôt peut être remise en cause lorsque l’une des conditions tenant à la société-cible ou l’une des obligations incombant aux souscripteurs ou à la société n’est pas satisfaite.

48300

Dispense de reprise. Aucune reprise n’est effectuée dans les cas suivants (CGI art. 199 terdecies-0 A, IV, 2e et 3e al.) :

-cession ou remboursement des titres résultant du licenciement, de l'invalidité ou du décès du contribuable ou de l’un des époux (ou partenaires) soumis à une imposition commune ;

-annulation des titres consécutive à la liquidation judiciaire de la société opérationnelle dans laquelle le contribuable a souscrit, directement ou par l’intermédiaire d’une holding, si ses apports ne lui sont pas remboursés pendant la durée de conservation des titres (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 120-09/05/2014) ;

-donation des titres à une personne physique. L’obligation de conservation des titres est transférée au donataire pour la durée restant à courir ; à défaut, la reprise est effectuée au nom du donateur. Cette dispense de reprise ne s’applique pas si le donataire est remboursé des apports avant le 31 décembre de la 10e année suivant celle de la souscription (CGI art. 199 terdecies-0 A-IV, 2e al.) ;

-démembrement des titres souscrits. La réduction d’impôt n’est donc pas remise en cause en cas de donation de l’usufruit ou de la nue-propriété des titres souscrits, sous réserve que l’obligation de conservation des titres soit, d’une part, poursuivie par le donateur sur les droits démembrés non transmis et, d’autre part, reprise par le donataire sur les droits démembrés transmis (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 110-09/05/2014).

48305

Quotité reprise. La réduction d’impôt est intégralement remise en cause dans les cas suivants (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 180-09/05/2014) :

-le contribuable cède les actions ou parts ayant donné lieu à la réduction d’impôt avant le 31.12 de la 5e année suivant celle de leur souscription ;

-pendant ces 5 années, la holding interposée cède les parts ou actions reçues en contrepartie de sa souscription au capital de sociétés éligibles.

Toutefois, en cas de cession partielle ou de remboursement partiel des titres, la réduction d’impôt n’est reprise qu’à hauteur du nombre de titres cédés ou remboursés, toutes les autres conditions étant par ailleurs respectées. Cette tolérance s’applique également en cas de cession partielle, par la holding, ou de remboursement partiel à la holding, des titres reçus en contrepartie de la souscription au capital de sociétés prises en compte pour le bénéfice de la réduction d’impôt (BOFiP-IR-RICI-90-30-§ 180-09/05/2014).

 

LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNELLE LA DONATION PARTAGE TRANSGENERATIONNELLE Loi 23 juin 2006 La donation partage transgénérationnelle autorise un saut de génération, y compris au moyen de biens d'ores et déjà transmis à la génération intermédiaire qui bénéficie d'un régime juridique sécurisé et s'avère profitable sur le plan fiscal. Lire la suite
EXCLUSION D'UN ASSOCIE DE SOCIETE CIVILE L'EXCLUSION D'UN ASSOCIE DE SOCIETE CIVILE Il ne peut y avoir d'exclusion que de source légale ou statutaire. -la loi prévoit la validité des clauses d'exclusion dans les sociétés à capital variable ( L 231-6 al 2 C Com), dans les SAS (L 227-16 CCom) ou pour certaines formes sociales (SEL ou société européenne) -la SAS et la liberté contractuelle de cette forme sociale ont réactivé les réflexions sur les clauses statutaires d'exclusion La Chambre commerciale de la Cour de Cassation par un arrêt du 20 mars 2012 a validé la mise en œuvre d'une clause d'exclusion d'un associé de SCI par le gérant. Les clauses d'exclusion sont valides si elles respectent un minimum de conditions fondamentales La Jurisprudence a innové en reconnaissant la possibilité de déléguer la mise en œuvre de l'exclusion au mandataire social Lire la suite

L'EXCLUSION D'UN ASSOCIE DE SOCIETE CIVILE

 

Il ne peut y avoir d'exclusion que de source légale ou statutaire.

-la loi prévoit la validité des clauses d'exclusion dans les sociétés à capital variable ( L 231-6 al 2 C Com), dans les SAS (L 227-16 CCom) ou pour certaines formes sociales (SEL ou société européenne)

-la SAS et la liberté contractuelle de cette forme sociale ont réactivé les réflexions sur les clauses statutaires d'exclusion

 

La Chambre commerciale de la Cour de Cassation  par un arrêt du 20 mars 2012  a validé la mise en œuvre d'une clause d'exclusion d'un associé de SCI par le gérant.

 

Les clauses d'exclusion sont valides si elles respectent un minimum de conditions fondamentales

La Jurisprudence a innové en reconnaissant la possibilité de déléguer la mise en œuvre de l'exclusion au mandataire social

 

1-VALIDITE DE LA CLAUSE STATUTAIRE D'EXCLUSION

A-Liberté statutaire:

La création d'une société peut intégrer l'aménagement d'une clause d'éviction d'un associé (1134 Code Civil= liberté contractuelle)

L'insertion d'une clause d'exclusion nécessite l'accord unanime des associés : la difficulté ne se pose qu'en cours de vie sociale. Si les statuts ne laissent pas à une assemblée le soin de modifier les statuts, l'article 1836 du code civil impose l'unanimité pour toute modification statutaire.

Si le pacte social délégue la faculté à une assemblée, il faudra encore l'unanimité car on porte atteinte à l'article 1832 du code civil et au droit propre de tout associé de rester dans la société.

 

Quel est le support technique de l'exclusion?

-rachat de titres?

-procédure interne qui ne suppose pas une cession de droits sociaux mais seulement le paiement de leur valeur à l'associé exclu et la réduction de capital de la société

La voie n'est pas neutre sur les modalités de détermination de la valeur des parts (application ou non de l'article 1843-4 du code civil)

 

B-Les conditions de validité de la clause d'exclusion:

*La MOTIVATION de l'exclusion est un déterminante:

la motivation doit être précise et prévue dans les statuts: il ne s'agit pas pour l'associé exclu de découvrir le motif de l'exclusion au gré d'une assemblée générale.

Ce souci de prévision statutaire répond à la condition de conformité à l'intérêt social (1833 code civil) et de conformité à l'ordre public sociétaire (1884-10 code civil).

Le motif d'exclusion n'obéit pas forcément à un degré de gravité particulier.

Reste que les clauses d'exclusion sont plus ou moins évidentes selon les circonstances

-clause ne donnant pas prise à contestation: départ en retraite d'un associé qui est membre d'une société civile professionnelle et qui détient des parts dans la SCI propriétaire des murs

*La PROCEDURE d'exclusion doit être organisée sur deux points essentiels

-les statuts doivent déterminer l'organe compétent pour mettre en œuvre l'exclusion

-la défense de l'associé doit être assurée

ORGANE COMPETENT:

détermination libre en matière de société civil (gérant ou assemblée)

RESPECT DES DROITS DE LA DEFENSE: l'intéressé doit être à même de formuler ses observations

 

*L'INDEMNISATION DE L'ASSOCIE EXCLU:

-dans le silence du pacte social, la perte de la qualité d'associé intervient sans doute à la date du paiement des droits sociaux par la société qui les rachète (conforme à 1860 du code civil qui évoque l'exclusion légale d'un associé de société civile pour cause de 'faillite')

-il faut donc que les statuts précisent la date d'effet de l'exclusion : date de la décision de l'organe compétent

 

-méthode d'évaluation des titres

la nature du rachat forcé des titres prédispose à régler la question dans le cadre de l'article 1843-4 du code civil : évaluation par expert dont la décision s'impose sauf erreur grossière (l'expert peut s'affranchir des prescriptions statutaires d'évaluation des droits sociaux).

 

2-LA MISE EN ŒUVRE DE L'EXCLUSION.

A-ORGANE COMPETENT POUR L'ACTIVER

-prononcé par une assemblée: AGO ou AGE selon les statuts

l'associé contre qui est dirigée la procédure ne peut pas être privé de son droit de vote

 

-la compétence d'un conseil de surveillance ou d'un directoire n'est pas exclue

-gérant de société civile

 

B-LE RESPECT DU CONTRADICTOIRE

Il s'agit seulement de favoriser un débat permettant une décision éclairée

Mais à quoi bon discuter d'un fait indéniable? par contre, le principe du contradictoire se conçoit lorsque l'exclusion dépend d'une qualification sujette à discussion.

 

                L'arrêt du 25 mars 2012 présente une utilité incontestable lorsque la motivation de l'exclusion repose sur une situation factuelle dont le constat n'est pas discutable (départ en retraite, changement de contrôle d'une société coassociée…)

 

Note rédigée par M°Alain BOIVIN

source: M. Jean-Pierre GARçON (-La Semaine Juridique Entreprise et Affaires 27.09.2012)

 

LA FIXATION DU PRIX DE CESSION DES PARTS - L'EXPERT 1843-4 CCiv LES DIFFICULTES CONTEMPORAINES POSEES PAR L'ARTICLE 1843-4 CODE CIVIL LA FIXATION DU PRIX DE CESSION PAR EXPERT 2 Textes prévoient le recours à l'expertise: 1592 Code Civil= fixation du prix de vente par expert - FACULTATIF - l'EXPERT peut refuser sa mission ou y renoncer si l'évaluation s'avère impossible -l'EXPERT est lié par les directives des parties quant aux méthodes d'évaluation 1843-4 Code Civil=fixation du prix de cession de droits sociaux par expert - TEXTE D'ORDRE PUBLIC - l'EXPERT ne peut pas se soustraire à sa mission L'article 1843-4 Code civil= détermination du prix par un expert en cas de contestation en matière de cession de droits sociaux par un associé ou de rachat de droits sociaux par la société. l'article 1843-4 est mis en œuvre dans les cessions ou rachats obligatoires de droits sociaux (refus d'agrément- exercice du droit de retrait- révocation du gérant) l'expert est choisi soit par les parties soit à défaut d'accord entre elles par le président du tribunal de grande instance pour les sociétés civiles ou du tribunal de commerce statuant en référé pour les sociétés commerciales. l'expert n'est pas tenu par les méthodes d'évaluation prévues par les parties et est libre de déterminer les critères d'évaluation qu'il juge appropriées. Ainsi selon que le prix sera fixé par l'expert 1592 ou l'expert 1843-4 , les prévisions des parties pourront être malmenées…. d'autant que la Jurisprudence a élargi le domaine d'intervention de l'expert 1843-4. 1-Le renouvellement des conditions de mise en œuvre de l'expertise de l'article 1843-4 du code civil: l'application de 1843-4 exige la preuve: A-Les personnes concernées par l'article 1843-4 code civil: B-Le domaine d'application de l'article 1843-4 code civil Il faut distinguer entre -CESSION PREVUE = éventualité envisagée par la loi ou les statuts mais sa réalisation est subordonnée à un événement futur ou incertain ==1843-4 s'applique -CESSION CONVENUE= l'associé s'engage à céder ses titres et le prix est librement déterminé par les parties =1843-4 ne s'applique pas. Le texte ne peut pas s'appliquer lorsque la vente est déjà formée, le prix étant définitif. Il est difficile de concevoir l'existence d'une contestation lorsque l'accord initial a fait naître au profit du bénéficiaire le droit de former la vente…. -CONTESTATION : la contestation de 1843-4 concerne une question de fait portant sur le désaccord relatif au prix de cession des parts sociales. elle renvoie à des situations de blocage = l'existence du désaccord sur le prix empêche la formation du contrat de vente qui doit intervenir en application de la loi , des statuts ou des conventions. CONTESTATION= DESACCORD SUR LA VALEUR La contestation doit être antérieure à la conclusion du contrat de cession. 2-LES CONDITIONS D'EXECUTION DE LA MISSION DE L'EXPERT A-Liberté procédurale: absence de soumission de l'expert au principe du contradictoire. B-Liberté méthodologique: le libre choix des critères d'évaluation par l'expert. Si les parties peuvent prévoir des méthodes d'évaluation des parts sociales au sein des conventions ou des Lire la suite

LES DIFFICULTES CONTEMPORAINES POSEES PAR L'ARTICLE 1843-4 CODE CIVIL

                                LA FIXATION DU PRIX DE CESSION PAR EXPERT

 

2 Textes prévoient le recours à l'expertise:

 

1592 Code Civil= fixation du prix de vente par expert

- FACULTATIF

 - l'EXPERT peut refuser sa mission ou y renoncer si l'évaluation s'avère impossible

-l'EXPERT est lié par les directives des parties quant aux méthodes d'évaluation

 

1843-4 Code Civil=fixation du prix de cession de droits sociaux par expert

- TEXTE D'ORDRE PUBLIC

 - l'EXPERT ne peut pas se soustraire à sa mission

                L'article 1843-4 Code civil= détermination du prix par un expert en cas de contestation en matière de cession de droits sociaux par un associé ou de rachat de droits sociaux par la société.

                l'article 1843-4 est mis en œuvre dans les cessions ou rachats obligatoires de droits sociaux (refus d'agrément- exercice du droit de retrait- révocation du gérant)

                l'expert est choisi soit par les parties soit à défaut d'accord entre elles par le président du tribunal de grande instance pour les sociétés civiles ou du tribunal de commerce statuant en référé pour les sociétés commerciales.

                l'expert n'est pas tenu par les méthodes d'évaluation prévues par les parties et est libre de déterminer les critères d'évaluation qu'il juge appropriées.

 

                Ainsi selon que le prix sera fixé par l'expert 1592 ou l'expert 1843-4 , les prévisions des parties pourront être malmenées…. d'autant que la Jurisprudence a élargi le domaine d'intervention de l'expert 1843-4.

 

1-Le renouvellement des conditions de  mise en œuvre de l'expertise de l'article 1843-4 du code civil:

l'application de 1843-4 exige la preuve:

-d'un désaccord entre les parties

-d'une obligation d'achat de droits sociaux à la charge de la société ou des personnes choisies par elle

-d'un désaccord concernant des associés

-d'un désaccord portant sur le prix

-d'un désaccord extérieur à une opération de cession sur un marché réglementé

 

                A-Les personnes concernées par l'article 1843-4 code civil:

                *L'article s'applique à toutes les sociétés civiles ou commerciales

                La jurisprudence  l'a étendu aux sociétés en participation, aux SCP et aux sociétés créées de fait

                exceptiion= société dont les actions sont cédées sur un marché réglementé.

 

                *l'article ne s'applique qu'aux Associés et aux parties à un contrat de cession de parts sociales qui peuvent seuls faire appel à l'expertise

                ===èelle ne peut pas être demandée par le cessionnaire non agrée mais seulement par les parties  (associé cédant - cessionnaire agréé ou la personne désignée comme cessionnaire par la société après refus d'agrément)

 

                B-Le domaine d'application de l'article 1843-4 code civil

                *Il faut une contestation sur la valeur des droits sociaux dans des hypothèses de cessions ou de rachats obligatoires desdits droits.

                A l'origine, l'article ne s'appliquait que pour les  CESSIONS FORCEES DE PARTS SOCIALES PREVUES PAR LA LOI:

                -départ d'un associé en cas de retrait

                -exclusion d'un associé

                -exercice d'un droit de préemption

                -mise en œuvre d'une clause de continuation dans les sociétés de personnes ou dans les SARL suite au décès d'un associé lorsque la société continue dans les héritiers ou le conjoint survivant

                -obligation d'achat à la charge de la société ou de personnes que la société a choisies.

 

                *La Jurisprudence a étendu le domaine d'application à des hypothèses non prévues par la loi:

                -application conventionnelle de 1844-3 prévue par les parties en cas de cession de droits sociaux . Mais il faut que les parties l'appliquent totalement -il ne peut pas y avoir de dérogation conventionnelle sur tel ou tel point.

 

                -application en dehors d'une hypothèse de cession ou de rachat de droits sociaux. (cession de droits incorporels  CAS 30 Nov 2004)

                -application aux cas de "CESSION PREVUE" = obligations de cession et de rachat de droits sociaux résultant des STATUTS et non plus de la loi.

                -application aux obligations de cession et rachat de droits sociaux qui résultent de conventions ou de pactes extra-statutaires (clause de sortie ou de retrait volontaire ou forcée, promesse unilatérale d'achat consentie dans le pacte permettant à l'associé de sortir de la société en levant l'option ou clause de rachat sous forme de promesse unilatérale de vente en cas de survenance d'un événement particulier).

                MAIS il faut qu'il y  ait contestation.

                CA VERSAILLES 10 Septembre 2009

                CAS 24 Novembre 2009

                ces deux arrêts rejettent l'application de 1843-4 car le prix de cession avait été fixé aux termes de pactes extra statutaires dans le cadre de promesses de cession prévues dans le cas où les minoritaires cessaient d'apporter leur concours en qualité d'associé ou de gérant- les modalités de fixation du prix avaient été fixées

                le prix en résultant étant faible, les cédants avaient sollicité la nomination de l'expert 1843-4

                la demande est rejetée car le prix de cession était déterminable par référence aux stipulations de la promesse et  la cession était devenue parfaite dès la levé d'option et le prix n'avait fait l'objet d'aucune contestation antérieure à la conclusion de la cession

 

                La Cour de Cassation précise que 1843-4 ne s'applique pas aux pactes extrastatutaires renfermant des promesses unilatérales de vente ou d'achat de titres. Le recours à 1843-4 doit être exclu lorsque le transfert de propriété des titres a lieu de plein droit, par le jeu de la levée de l'option, rendant la vente parfaite.

 

                Il faut distinguer entre

                -CESSION PREVUE = éventualité envisagée par la loi ou les statuts mais sa réalisation est subordonnée  à un événement futur ou incertain

                ==è1843-4 s'applique

 

                -CESSION CONVENUE= l'associé s'engage à céder ses titres et le prix est librement déterminé par les parties

                =è1843-4 ne s'applique pas.

                Le texte ne peut pas s'appliquer lorsque la vente est déjà formée, le prix étant définitif.

                Il est difficile de concevoir l'existence d'une contestation lorsque l'accord initial a fait naître au profit du bénéficiaire le droit de former la vente….

                Ainsi, lorsqu'une cession forcée de titres, organisée conventionnellement, s'est accompagnée d'un transfert différé et automatique de la propriété des parts, toute remise en cause ultérieure du prix convenu entre les parties est inconcevable car le transfert de propriété a eu lieu.

                Si l'article 1843-4 vise à protéger celui qui ne peut pas céder librement ses droits sociaux en rendant obligatoire le recours à l'expertise,  une telle protection des associés n'est pas nécessaire en matière de cession de parts sociales prévues dans des statuts ou un pacte extrastatutaire puisqu'ils connaissaient la teneur de leur engagement et avaient librement consenti les modalités de leur exclusion.

 

                -CONTESTATION : la contestation de 1843-4 concerne une question de fait portant sur le désaccord relatif au prix de cession des parts sociales.

                elle renvoie à des situations de blocage = l'existence du désaccord sur le prix empêche la formation du contrat de vente qui doit intervenir en application de la loi , des statuts ou des conventions.

                CONTESTATION= DESACCORD SUR LA VALEUR

                La contestation doit être antérieure à la conclusion du contrat de cession.

 

 

 

 

 

 

2-LES CONDITIONS D'EXECUTION DE LA MISSION DE L'EXPERT

A-Liberté procédurale: absence de soumission de l'expert au principe du contradictoire.

Ceci est contraire à l'article 276 Code procédure civile

mais l'expert 1843-4 n'est pas un véritable expert judiciaire au sens procédural

En effet sa décision présente un caractère obligatoire pour les parties et pour le juge.

Il n'est pas un arbitre car il n'exerce pas de fonction juridictionnelle et ne tranche pas un litige et ne rend pas de décision ayant autorité de la chose jugée.

On peut le regretter car le respect du contradictoire permettrait aux parties  de formuler des observations utiles à l'expert et éviterait des erreurs grossières se fondant sur de mauvaises données pour évaluer les parts sociales.

 

B-Liberté méthodologique: le libre choix des critères d'évaluation par l'expert.

Si les parties peuvent prévoir des méthodes d'évaluation des parts sociales au sein des conventions ou des statuts, l'expert n'est pas lié par ces conventions s'agissant des méthodes utilisées pour évaluer la valeur des parts sociales.

CA PARIS 9 Décembre 2008: l'expert ne commet pas d'erreur grossière lorsqu'il s'écarte des directives d'évaluation des statuts et du règlement intérieur.

CASS 5 Mai 2009 : le recours aux statuts est une simple faculté pour l'expert et non une obligation.

LES CLAUSES D EVALUTION DU PRIX DES PARTS SOCIALES AU SEIN DES CONVENTIONS ET DES STATUTS S'EFFACENT DEVANT L'ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL Lorsque ses conditions d'application sont réunies.

Il y a ici une forte atteinte à la liberté contractuelle et réduit la portée des clauses d'évaluation de prix.

 

Note rédigée par M° Alain BOIVIN

-Source: Actes pratiques  et Ingénierie sociétaire Juillet Août 2012

 

 

 

 

 

 

 

Actualités du notariat

18/12/2018 Le Club du Droit sur BFM Business

Chaque semaine, les notaires de France partagent leurs conseils sur BFM Business.

Lire la suite
13/12/2018 Conférence de presse immobilière nationale 2018

La conférence de presse annuelle sur le marché immobilier en 2018 en France s'est tenue, ce jeudi 13 décembre, à la Chambre des notaires de Paris.

Lire la suite
12/12/2018 Un notaire vous répond en direct sur RMC !

Chaque vendredi à 12h45, les notaires de France vous conseillent dans l'émission Radio Brunet.

Lire la suite
12/12/2018 Le Club du Droit - spécial Immobilier - dans l'After Business

Chaque mardi à 23h sur BFM Business, les notaires de France répondent à une question axée sur l'immobilier.

Lire la suite
10/12/2018 Immobilier : les chiffres clés 2018 sur BFM Business

Vendredi 14 décembre à 20h sur BFM Business, les notaires seront présents dans Le Club du Droit pour une émission spéciale "Bilan immobilier 2018".

Lire la suite
07/12/2018 Prélèvement à la source : Ce qui vous attend vraiment !

Le prélèvement à la source entrera en vigueur le 1er janvier 2019 non sans susciter quelques inquiétudes, notamment dans les situations particulières. Les 7 questions-réponses incontournables sont dans La lettre Conseils des notaires.

Lire la suite
03/12/2018 Conseil du coin : rencontrez un notaire au café !

Tous les 1er samedi du mois, les notaires du Conseil du Coin vous offrent des conseils juridiques dans plusieurs cafés en France.

Lire la suite
30/11/2018 Achat d'un terrain à bâtir : les conseils des notaires

Lorsque l’on veut faire construire sa maison, l’achat du terrain représente en moyenne 30% du budget, avec de fortes disparités régionales et locales. Au-delà de l’enjeu financier, c’est un élément essentiel de la réussite de votre projet. La lettre des notaires de France de novembre 2018 vous informe sur l'achat d'un terrain à bâtir.

Lire la suite
22/11/2018 La lettre des notaires de France dans le monde / Novembre 2018

L'action internationale du notariat français de septembre à novembre 2018 vous est présentée dans La lettre des notaires de France dans le­ monde.

Lire la suite
12/11/2018 "1918, Le prix de la Paix" : le colloque sur la Grande Guerre

Samedi 1er décembre de 10h à 17h30, l'Institut International d'Histoire du Notariat organise un colloque sur la Grande Guerre : " 1918, Le prix de la Paix "

Lire la suite
09/11/2018 Salon des Maires et des Collectivités Locales 2018

Maires, adjoints, conseillers, professionnels du secteur des collectivités locales : les notaires vous donnent rendez-vous le 20 novembre !

Lire la suite
08/11/2018 Guide pratique de la transmission reprise d'entreprise

Cédants et repreneurs d'entreprise : le Réseau Transmettre / Reprendre met à votre disposition des fiches techniques fournies de conseils en transmission et reprise d'entreprise.

Lire la suite
07/11/2018 FB Live Expatriation : quel régime matrimonial ? comment protéger son conjoint ?

Le 14 novembre à 14h : les notaires de France vous répondent en direct sur Facebook !

Lire la suite
06/11/2018 Assises du logement : quel logement pour le XXIème siècle ?

Maîtres d’ouvrage publics et privés, collectivités, promoteurs, constructeurs, maîtres d’œuvre, architectes, institutionnels et politiques : les notaires de France seront présents le 15 novembre aux Assises du Logement, organisées par Batiactu.

Lire la suite
05/11/2018 Fiscalité 2019 : Ce qui pourrait changer

Impôts, travail, allocations… l’année 2019 sera riche en nouveautés. Le point sur les grands axes du projet de loi de finances. Toutes les informations dans La lettre Conseils des notaires.

Lire la suite
24/10/2018 Après le décès du conjoint, rester chez soi est un droit

Même en l’absence de donation ou de testament, le veuf ou la veuve est assuré de pouvoir rester dans son logement. La lettre des notaires de France d'octobre 2018 vous explique le droit au logement du conjoint survivant.

Lire la suite
18/10/2018 Note de conjoncture immobilière / N°41

Tendances du marché au 2ème trimestre 2018, prix de l'immobilier : La conjoncture immobilière analysée par les notaires de France.

Lire la suite
09/10/2018 Notaires d'Europe et médiation transfrontalière

Le 9 octobre, à Bruxelles, le Conseil des notariats de l’Union européenne terminait son projet européen sur la médiation transfrontalière cofinancé par la Commission européenne.

Lire la suite
05/10/2018 Quelle est votre Europe ? Les notaires penchent sur l’Europe de demain

Le notariat français prend part aux consultations citoyennes sur l’Avenir de l’Europe lancées par le Président de la République au printemps dernier.

Lire la suite
04/10/2018 Prélèvement à la source : les règles du crédit d'impôt

L’entrée en application du prélèvement à la source, à compter de janvier 2019, change la donne sur la déduction ou le remboursement des avantages fiscaux. Toutes les informations dans La lettre Conseils des notaires.

Lire la suite

Nos services numériques

Guides pratiques

Achat immobilier - mode d'emploi

Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant.Quelles précautions prendre..?

Vente immobilière - mode d'emploi

Quels documents dois-je fournir? Dès qu'un accord est trouvé avec l'acquéreur, je remets au notaire les documents portant sur ma situation personnelle ...

Succession - L'un de vos proches est décédé

Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez à effectuer...

Les missions du notaire

Les missions du notaire

Le notaire est un juriste investi d’une mission d’autorité publique qui prépare des contrats sous la forme authentique pour le compte de ses clients. Il exerce ses fonctions dans un cadre libéral.

  • Le notaire, un officier public

Le notaire est un officier public, intervenant dans l’ensemble des domaines du droit : famille, immobilier, patrimoine, entreprises, rural, collectivités locales...
Agissant pour le compte de l’Etat, nommé par le ministre de la justice, il confère aux actes qu’il rédige un gage de sérieux et d’authenticité. Cela signifie qu’il possède de véritables prérogatives de puissance publique, qu’il reçoit de l’Etat.
Selon les termes de l’article 1er de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative au statut du notariat : « Les notaires sont les officiers publics établis pour recevoir tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d’authenticité attaché aux actes de l’autorité publique ».

  • Le notaire , un professionnel de l’authentification des actes

Il a le pouvoir d’authentifier les actes en apposant son sceau et sa propre signature. Il constate ainsi officiellement la volonté exprimée par les personnes qui les signent et s’engage personnellement sur le contenu et sur la date de l’acte. Cet acte s’impose alors avec la même force qu’un jugement définitif. A ce titre, le notaire est le magistrat de l’amiable, acteur d’une justice amiable.

  • Le notaire, un professionnel libéral

Bien qu’investi de l’autorité publique, le notaire exerce ses fonctions dans un cadre libéral, assurant ainsi une forme moderne de service public sans coût pour l’Etat, puisqu’il assume la responsabilité économique de son étude. C’est un professionnel libéral, rémunéré par ses clients (et non par les contribuables) selon un tarif fixé par l’Etat pour les services qu’il rend.
Consulter la page dédiée au tarif du notaire.

  • Le notaire, un professionnel présent sur tout le territoire

Implanté sur tout le territoire en vertu d’une répartition arrêtée par le ministre de la justice en fonction des besoins de la population, il assure un service public juridique de proximité. En effet, les offices notariaux ne sont pas soumis à un « numerus clausus » particulier (ce qui équivaudrait à une limitation du nombre des notaires) mais sont soumis à une implantation encadrée des offices sur tout le territoire pour répondre aux besoins de la population.

L'implantation des offices sur le territoire fait l’objet d’une adaptation permanente sous le contrôle de la chancellerie. Elle obéit à trois principes :

  • maintenir un service public juridique de proximité,
  • tenir compte des évolutions géographiques et démographiques,
  • veiller aux conditions économiques d’exercice de la profession afin d’assurer un service de qualité.

Accéder à l'annuaire des notaires

Consulter les derniers chiffres de la profession.